2018 – Manèges (à trois, quatre ou cinq)

Tel un manège de fête foraine, les images défilent sous l’action combinée du carrousel qui avance et du mouvement de ses unités. De même, avec le procédé utilisé ici pour les images en mouvement, s’ajoute la fragmentation temporelle, qui permet de visionner en simultané différents instants d’un même circuit. Chaque paramètre de la construction du polyptyque, en se modulant, va permettre de produire des ensembles extrêmement variés. C’est une méthode expérimentale qui exige une part d’essais-erreurs afin d’arriver à une adéquation juste entre les montages et les images tournées.

Ce système vidéo multicanal de format et de quantité variable fonctionne comme un panoramique temporel qui se déploie dans une sorte de « all-over » qui peut déborder du cadre et se déployer sur 3 ou 4 murs afin de créer des espaces immersifs.

Aller-retour dans l’inconnu qui attend à pied d’oeuvre 10:42., 3 vidéos HD,
Art Toronto 2019, ELLEPHANT.

Ici, le temps a une vitesse, à cause des déplacements. La facture des images vient du procédé, façonné par les déplacements, révélés par l’assemblage fractionné et le jeu des parallaxes. L’oeuvre multicanale peut se déployer sur plus de deux projections, dans un environnement contrôlé afin de créer un effet immersif ou sur écrans afin de profiter de la netteté des images et de la luminosité, selon les conditions de lumière et le contexte de l’exposition.

21-20/12-20, 2020.
3 vidéos HD verticaux synchronisés 0:32 (avec ou sans sons)

Je profite du temps élastique de certains déplacements pour redécouvrir le paysage sous la lunette de la vidéo tout en profitant du travelling naturel d’un bateau, d’un train ou d’un vélo. En travaillant avec des plans tronqués sous l’influence la figure de la courtepointe et la pensée du bricolage, j’ai mis au point ce « hachoir d’instants » multipistes. Dans ce procédé, chaque paramètre va révéler de nouvelles images, un nouveau paysage. Le véhicule (dolly), la surface, la vitesse, les mouvements, le point de vue, le cadre, la parallaxe et la profondeur de champ vont influencer la forme finale.

Aller-retour dans l’inconnu qui attend à pied d’oeuvre, 2018.
5 vidéos HD horizontaux synchronisés 10:42 (avec ou sans sons)
Descente de la poursuite dans la joie, 2018.
5 vidéos HD horizontaux synchronisés 6:07 (avec ou sans sons)

Dans Descente de la poursuite dans la joie, on assiste à des instants d’un dimanche sur le Mont-Royal. Dans ce paysage redessiné de manière presque schématisée, on peut deviner le passage d’un coureur, un déjeuner sur l’herbe assez « painterly », ce qu’on devine être la silhouette d’une poubelle. Avec Balade du refus de toute intention, on est bercé par les courbes sinueuses tracées par le trafic sur les flots de la Tamise. Dans Aller-retour dans l’inconnu qui attend à pied d’oeuvre on peut visionner des fragments de la banlieue à la ville jusqu’à l’arrivée du train en gare de Toronto. Voyage des mystères objectifs, plus abstrait, offre un voyage métaphorique à partir du cortège des valises d’un tourniquet d’aéroport.

Balade du refus de toute intention, 2018. 5 vidéos HD horizontaux synchronisés 6:07 (avec ou sans sons)
Voyage des mystères objectifs, 2018. 5 vidéos HD horizontaux synchronisés 3:37 (avec ou sans sons)

Se sont ajoutés tout récemment à la collection Littoral tropical et Littoral avec habitations (titres temporaires) filmées lors d’un déplacement de La Havane à Varadero. 21-20/12-20 est une première expérience avec 21 plans différents que j’ai montée en décembre 2020. Récemment, j’ai entrepris de revisiter le métro en filmant différents itinéraires afin de créer une nouvelle fenêtre sur le monde qui nous est familier et quotidienne. La fenêtre et le cadre ne s’épousent-ils pas?

Maquette installation pour 3 vidéos HD verticaux
Maquette installation pour 3 vidéos HD verticaux